La géopolitique de l’opération Déluge d’Al-Aqsa

Pepe Escobar, 12 octobre 2023. L’opération du Hamas “Déluge d’Al-Aqsa” a été méticuleusement planifiée. La date de lancement a été conditionnée par deux facteurs déclencheurs.

Volodymyr Zelensky et Benjamin Netanyahou (Illustration The Cradle)

Tout d’abord, à l’Assemblée générale des Nations Unies, en septembre, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affiché sa carte du « Nouveau Moyen-Orient », sur laquelle il a complètement effacé la Palestine et tourné en dérision chaque résolution de l’ONU sur le sujet.

Deuxièmement, il y a les provocations en série contre la mosquée sacrée d’Al-Aqsa à Jérusalem, y compris la goutte d’eau qui a fait déborder le vase : deux jours avant Déluge d’Al-Aqsa, le 5 octobre, au moins 800 colons israéliens ont lancé un assaut autour de la mosquée, battant les pèlerins, détruisant des magasins palestiniens, le tout sous la surveillance des forces de sécurité israéliennes.

Quiconque a un cerveau fonctionnel sait qu’Al-Aqsa constitue une ligne rouge définitive, non seulement pour les Palestiniens, mais pour l’ensemble du monde arabe et musulman.

Il y a pire. Les Israéliens ont maintenant invoqué la rhétorique du « Pearl Harbor ». C’est aussi menaçant que possible. Le Pearl Harbor original était l’excuse américaine pour entrer dans une guerre mondiale et bombarder le Japon, et ce « Pearl Harbor » pourrait être la justification de Tel-Aviv pour lancer un génocide à Gaza.

Une partie de l’Occident applaudissant le nettoyage ethnique à venir – y compris des sionistes se faisant passer pour des « analystes » affirmant à haute voix que les « transferts de population » commencés en 1948 « doivent être achevés » – croient qu’avec un armement et une couverture médiatique massifs, ils peuvent changer les choses en un rien de temps, anéantir la résistance palestinienne et affaiblir les alliés du Hamas comme le Hezbollah et l’Iran.

Leur projet Ukraine a échoué, laissant non seulement des personnages puissants dépités, mais surtout des économies européennes entières en ruine. Pourtant, alors qu’une porte se ferme, une autre s’ouvre : passez de l’allié de l’Ukraine à l’allié d’Israël, et tournez votre regard vers l’adversaire Iran plutôt que vers l’adversaire Russie.

Il existe d’autres bonnes raisons de faire feu de tout bois. Une Asie occidentale pacifique signifie la reconstruction de la Syrie – dans laquelle la Chine est désormais officiellement impliquée ; un réaménagement actif pour l’Irak et le Liban ; l’Iran et l’Arabie Saoudite dans le cadre des BRICS 11 ; le partenariat stratégique Russie-Chine est pleinement respecté et interagit avec tous les acteurs régionaux, y compris les principaux alliés des États-Unis dans le golfe Persique.

Incompétence. Stratégie volontaire. Ou les deux.

Cela nous amène au coût du lancement de cette nouvelle « guerre contre le terrorisme ». La propagande bat son plein. Pour Netanyahu à Tel Aviv, le Hamas est l’EI. Pour Volodymyr Zelensky à Kiev, le Hamas, c’est la Russie. Au cours d’un week-end d’octobre, la guerre en Ukraine a été complètement oubliée par les grands médias occidentaux. La Porte de Brandebourg, la Tour Eiffel, le Sénat brésilien sont désormais tous israéliens.

Les renseignements égyptiens prétendent avoir averti Tel-Aviv d’une attaque imminente du Hamas. Les Israéliens ont choisi de l’ignorer, comme ils l’ont fait lors des exercices d’entraînement du Hamas qu’ils ont observés au cours des semaines précédentes, suffisants dans leur connaissance supérieure du fait que les Palestiniens n’auraient jamais l’audace de lancer une opération de libération.

Quoi qu’il arrive ensuite, l’opération “Déluge d’Al-Aqsa” a déjà, irrémédiablement, brisé la grosse mythologie populaire autour de l’invincibilité de Tsahal, du Mossad, du Shin Bet, du char Merkava, du Dôme de Fer et des Forces de défense israéliennes.

Même en abandonnant les communications électroniques, le Hamas a profité de l’effondrement flagrant des systèmes électroniques israéliens, valant plusieurs milliards de dollars, qui surveillaient la frontière la plus surveillée de la planète.

Des drones palestiniens bon marché ont frappé plusieurs tours de détection, facilité l’avancée d’une infanterie de parapente et ouvert la voie aux équipes d’assaut en T-shirt et brandissant des AK-47 pour briser le mur et franchir une frontière que même les chats errants n’osaient pas traverser.

Inévitablement, Israël a choisi de frapper la bande de Gaza, une cage encerclée de 365 kilomètres carrés peuplée de 2,3 millions de personnes. Les bombardements aveugles des camps de réfugiés, des écoles, des immeubles d’habitation civils, des mosquées et des bidonvilles ont commencé. Les Palestiniens n’ont ni marine, ni force aérienne, ni unités d’artillerie, ni véhicules blindés de combat, ni armée professionnelle. Ils n’ont que peu ou pas d’accès à la surveillance de haute technologie, tandis qu’Israël peut consulter les données de l’OTAN s’il le souhaite.

Le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant, a proclamé « un siège complet de la bande de Gaza. Il n’y aura pas d’électricité, pas de nourriture, pas de carburant, plus rien. Nous combattons les animaux humains et nous agirons en conséquence. »

Les Israéliens peuvent allègrement s’engager dans des punitions collectives car, avec trois vetos garantis au Conseil de sécurité de l’ONU dans leur poche, ils savent qu’ils peuvent s’en sortir sans problème.

Peu importe que Haaretz, le journal le plus respecté d’Israël, concède sans détour qu’« en réalité, le gouvernement israélien est seul responsable de ce qui s’est produit (“Déluge d’Al-Aqsa”) et du déni des droits des Palestiniens ».

Les Israéliens sont cohérents. En 2007, Amos Yadlin, alors chef du renseignement de la défense israélienne, avait déclaré : « Israël serait heureux si le Hamas prenait le contrôle de Gaza, car Tsahal pourrait alors traiter Gaza comme un État hostile. »

L’Ukraine achemine des armes vers les Palestiniens

Il y a à peine un an, le comédien en sweat-shirt moite de sueur parlait à Kiev de la transformation de l’Ukraine en un « grand Israël » et a été dûment applaudi par un groupe de robots de l’Atlantic Council.

Eh bien, cela s’est passé tout à fait différemment. Comme vient de m’en informer une source de la vieille école du Deep State :

« Les armes destinées à l’Ukraine finissent entre les mains des Palestiniens. La question est de savoir quel pays paie pour cela. L’Iran vient de conclure un accord avec les États-Unis pour six milliards de dollars et il est peu probable qu’il mette en péril cet accord. J’ai une source qui m’a donné le nom du pays mais je ne peux pas le révéler. Le fait est que les armes ukrainiennes vont dans la bande de Gaza et qu’elles sont payées, mais pas par l’Iran. »

Après son raid époustouflant du week-end dernier, un Hamas avisé a déjà obtenu plus de pouvoir de négociation que les Palestiniens n’en ont eu depuis des décennies. De manière significative, alors que les pourparlers de paix sont soutenus par la Chine, la Russie, la Turquie, l’Arabie saoudite et l’Égypte, Tel Aviv refuse. Netanyahu est obsédé par l’idée de raser Gaza, mais si cela se produit, une guerre régionale plus large est presque inévitable.

Le Hezbollah libanais – un allié fidèle de l’Axe de la Résistance de la résistance palestinienne – préférerait ne pas se laisser entraîner dans une guerre qui pourrait être dévastatrice de son côté de la frontière, mais qui pourrait changer si Israël commettait de facto un génocide à Gaza.

Le Hezbollah détient au moins 100.000 missiles balistiques et roquettes, de Katyusha (portée : 40 km) à Fajr-5 (75 km), Khaibar-1 (100 km), Zelzal 2 (210 km), Fateh-110 (300 km), et Scud BC (500 km). Tel Aviv sait ce que cela signifie et frémit face aux fréquents avertissements du chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, selon lesquels sa prochaine guerre avec Israël se déroulera à l’intérieur de ce pays.

Ce qui nous amène à l’Iran.

Un déni géopolitique plausible

La principale conséquence immédiate du “Déluge d’Al-Aqsa” est que le rêve humide des néoconservateurs de Washington de « normalisation » entre Israël et le monde arabe disparaîtra tout simplement si cela se transforme en une longue guerre.

En fait, de larges pans du monde arabe normalisent déjà leurs liens avec Téhéran – et pas seulement au sein du BRICS 11 récemment élargi.

Dans la marche vers un monde multipolaire, représenté par les BRICS 11, l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), l’Union économique eurasienne (EAEU) et l’Initiative chinoise des Nouvelles Routes de la Soie (BRI), entre autres institutions révolutionnaires de l’Eurasie et du Sud, il n’y a tout simplement pas de place pour un État d’apartheid ethnocentrique friand de punition collective.

Cette année encore, Israël s’est retrouvé exclu du sommet de l’Union africaine. Une délégation israélienne s’est quand même présentée et a été expulsée sans cérémonie de la grande salle, un visuel qui est devenu viral. Lors des sessions plénières de l’ONU le mois dernier, un diplomate israélien isolé a cherché à perturber le discours du président iranien Ibrahim Raisi. Aucun allié occidental ne s’est tenu à ses côtés et lui aussi a été expulsé des lieux.

Comme l’a exprimé diplomatiquement le président chinois Xi Jinping en décembre 2022, Pékin « soutient fermement la création d’un État palestinien indépendant jouissant d’une pleine souveraineté basée sur les frontières de 1967 et avec Jérusalem-Est comme capitale. La Chine soutient la Palestine dans sa volonté de devenir membre à part entière des Nations Unies. »

La stratégie de Téhéran est bien plus ambitieuse : elle offre des conseils stratégiques aux mouvements de résistance d’Asie occidentale, du Levant au golfe Persique : Hezbollah, Ansarallah, Hashd al-Shaabi, Kataib Hezbollah, Hamas, Jihad islamique palestinien et d’innombrables autres. C’est comme s’ils faisaient tous partie d’un nouveau Grand Échiquier de facto supervisé par le Grand Maître Iran.

Les pièces de l’échiquier ont été soigneusement positionnées par nul autre que le regretté commandant de la force Qods du Corps des Gardiens de la révolution islamique, le général Qassem Soleimani, un génie militaire unique. Il a joué un rôle déterminant dans la création des bases des succès cumulés des alliés iraniens au Liban, en Syrie, en Irak, au Yémen et en Palestine, ainsi que dans la création des conditions nécessaires à une opération complexe telle que “Déluge d’Al-Aqsa”.

Ailleurs dans la région, la volonté atlantiste d’ouvrir des couloirs stratégiques à travers les cinq mers – la Caspienne, la mer Noire, la mer Rouge, le golfe Persique et la Méditerranée orientale – échoue gravement.

La Russie et l’Iran brisent déjà les projets américains dans la Caspienne – via le corridor de transport international Nord-Sud (INSTC) – et dans la mer Noire, qui est en passe de devenir un lac russe. Téhéran suit de très près la stratégie de Moscou en Ukraine, même s’il affine sa propre stratégie sur la manière d’affaiblir l’Hégémon sans implication directe : appelons cela un déni plausible géopolitique.

Bye-bye le corridor UE-Israël-Arabie Saoudite-Inde

L’alliance Russie-Chine-Iran a été diabolisée comme le nouvel « axe du mal » par les néoconservateurs occidentaux. Cette rage infantile trahit une impuissance cosmique. Ce sont de vrais souverains avec lesquels on ne peut pas jouer, et si on le fait, le prix à payer est impensable.

Un exemple clé : si l’Iran, attaqué par un axe américano-israélien, décidait de bloquer le détroit d’Ormuz, la crise énergétique mondiale monterait en flèche et l’effondrement de l’économie occidentale sous le poids de quadrillions de produits dérivés serait inévitable.

Ce que cela signifie, dans l’immédiat, c’est que le rêve américain d’intervenir à travers les Cinq Mers ne peut même pas être qualifié de mirage. Le Déluge d’Al-Aqsa vient également d’enterrer le couloir de transport récemment annoncé et très médiatisé entre l’UE, Israël, l’Arabie saoudite et l’Inde.

La Chine est parfaitement consciente de toute cette incandescence qui se produit à peine une semaine avant le 3e Forum des Nouvelles de la Soie (BRI) à Pékin. Ce qui est en jeu, ce sont les corridors de connectivité importants de la BRI – à travers le Heartland, à travers la Russie, ainsi que la Route maritime de la soie et la Route de la soie arctique.

Il y a ensuite l’INSTC qui relie la Russie, l’Iran et l’Inde – et, par extension, les monarchies du Golfe.

Les répercussions géopolitiques du “Déluge d’Al-Aqsa” accéléreront les connexions géoéconomiques et logistiques interconnectées entre la Russie, la Chine et l’Iran, contournant l’Hégémon et son Empire des Bases. L’augmentation du commerce et le mouvement incessant des marchandises sont autant de (bonnes) affaires. Sur un pied d’égalité, dans le respect mutuel – ce n’est pas exactement le scénario du Parti de la Guerre pour une Asie occidentale déstabilisée.

Oh, les choses qu’une infanterie en parapente se déplaçant lentement et survolant un mur peut accélérer !

Article original en anglais sur The Cradle / Traduction MR